Connexion
http://mediamed.mmsh.univ-aix.fr/chaines/labexMed/PublishingImages/Hermitte-Chateauraynaud.png

 L’interdisciplinarité : comprendre ce qui est dessous ou dessus. Lectures, convivialités, terrains

 Hermitte, Marie-Angèle; Chateauraynaud, Francis

 Marie-Angèle Hermitte, juriste, directeur de recherche honoraire au CNRS, directeur d’études honoraire à l’EHESS
Francis Chateauraynaud, sociologue, directeur d’études à l’EHESS, où il dirige le Groupe de Sociologie Pragmatique et Réflexive (GSPR) qu’il a fondé en 2001.

Mise en ligne : 06/10/2015

Type d'activités : Conférence

Format : Vidéo

Durée en mn : 02:01:38

Langue : Français

Discipline : Droit; Sociologie

Domaines d'intérêt : Recherche scientifique; Interdisciplinarité

Mots-clés :

Couverture géographique :  

Couverture chronologique :  

Institution(s) :  

Personne(s) :  

 

Conférences invitées de l'Observatoire des pratiques interdisciplinaires de LabexMed

« Parcours interdisciplinaire »

25 septembre 2015, IMéRA, Marseille.


 Présentation

Après avoir rappelé la longue gestation de leur dernier livre[1], et les principaux thèmes qui y sont développés, notamment la question des rapports entre sciences et droits, F. Chateauraynaud et M-A. Hermitte présenteront leurs pratiques de l'interdisciplinarité.

Souvent interrogée sur ses idées sur l'interdisciplinarité, avec des questions théoriques dans lesquelles elle ne se retrouve guère, Marie-Angèle Hermitte considère qu'il s'agit, pour elle, d'une pratique multiple, casuistique, qui s'enrichit au fil du temps, en n'abandonnant rien en cours de route. L'interdisciplinarité, c'est aussi la multiplicité des centres d'intérêt. Pour Francis Chateauraynaud, c'est plus la confrontation voire le conflit épistémique entre les regards disciplinaires qui sont créatifs et heuristiques.

Pourquoi, sur un sujet précis, sort-on de sa discipline ?

– Le rôle de la simple curiosité, de la volonté d'éclairer tel ou tel angle mort.

– La clôture des représentations du problème imposée par les financeurs.

Comment fait-on ?

– Les méthodes devenues classiques (un travail collectif réunissant différentes disciplines). Intérêts et risques associés à ces méthodes.

– L'interdisciplinarité institutionnelle (un organisme pluridisciplinaire, quel qu'il soit, imposant de travailler côte à côte à un projet commun).

– L'importance du travail de terrain, sur lequel surgissent des compétences très différentes, remettant en question la spécialisation ou le repli disciplinaire du chercheur.

– La culture générale et le sens de la mise en variation critique du raisonnement.

Comment en rendre compte ?

– Devenir un spécialiste … au rabais

– Réciter des mantras … sans intérêt.

– Lire, faire, oublier et écrire en s'appuyant sur la culture ainsi ingérée.

 

Note


[1]Le Droit saisi au vif. Sciences, technologies, formes de vie, Paris, Pétra, 2013


 

Réalisation de la vidéo : Jean-Christophe Besset, Société Affaire d’Artiste

Citation


http://mediamed.mmsh.univ-aix.fr/chaines/labexMed/PublishingImages/Hermitte-Chateauraynaud.png

 Hermitte, Marie-Angèle; Chateauraynaud, Francis, L’interdisciplinarité : comprendre ce qui est dessous ou dessus. Lectures, convivialités, terrains ,
in : Mediamed. Ressources multimedia en sciences humaines sur la Méditerranée , Chaîne : LabexMed ,  
URL : http://mediamed.mmsh.univ-aix.fr/chaines/labexMed/Pages/Labexmed-0004.aspx