Connexion
http://mediamed.mmsh.univ-aix.fr/chaines/labexMed/antiatlas/PublishingImages/_t/Mai_jpg.jpg

 Assembling Samira: an art science installation on embodied humanitarian borders

 Mai, Nick

 Anthropologue et vidéaste, LAMES (AMU/CNRS) / London Metropolitan University, Londres

Mise en ligne : 04/06/2014

Type d'activités : Colloque

Format : Vidéo

Durée en mn : 00:20:50

Langue : Anglais

Discipline : Anthropologie

Domaines d'intérêt : Frontières; Mobilités; Anthropologie visuelle; Récit; Identités; Asile

Mots-clés : Migrants; Récit de soi; Protection humanitaire; Biographie

Couverture géographique : Algérie

Couverture chronologique :  

Institution(s) :  

Personne(s) :  

 

Antiatlas des frontières / The Antiatlas of Borders

Colloque international, 30 Septembre – 2 Octobre 2013, Nouveau Conservatoire Darius Milhaud, Aix-en-Provence, France.
Présentation :
 
'Assembling Samira/En assemblant Samira' : une installation art-science de l'AntiAtlas sur l'incorporation des frontières humanitaires
 
La protection humanitaire des groupes de migrants vulnérables a imposé de nouvelles frontières biographiques. Les migrants cherchent à obtenir la bienveillance de l'Etat et un statut légal en réalisant et incorporant des discours humanitaires mettant l'accent sur la victimisation et de la souffrance. Seuls ceux dont les performances de souffrance en tant que sujets dignes de protection humanitaire sont jugés crédibles et bénéficient d'une telle protection. Genre et sexualité sont devenus des répertoires narratifs stratégiques à travers lequel les frontières humanitaires et biographiques sont inscrites sur les corps des migrants. Le projet "Emborders", à la fois projet de realisation cinématographique et de recherché scientifique, reproduit les différentes représentations et les récits des migrants ciblés par la protection humanitaire tels qu'ils ressortent des entretiens avec les autorités, avec des chercheurs en sciences sociales ainsi qu'avec les autres migrants et les familles. Il s'appuie sur des histoires vraies et des gens réels, qui sont jouées par des acteurs afin de protéger l'identité des personnes interrogées originaux et refléter la nature intrinsèquement fictive de toute narration de soi. En utilisant des acteurs pour reproduire de vraies personnes et des histoires de la vie réelle, le projet remet en cause ce qui constitue finalement une réalité crédible et acceptable en termes scientifiques, filmiques et humanitaires. Samira est une installation d'art-science à deux écrans, présentant l'histoire de Karim. Elle assemble différents moments et scripts ethnographiques tels qu'ils sont apparus à travers le travail de terrain à Marseille. Karim est un homme migrant algérien commerçant le sexe, tout comme SAMIRA, la nuit à Marseille. Il a quitté l'Algérie comme un jeune homme dont les seins commençaient à se développer à la suite de la prise d'hormones ce qui lui a permis d'obtenir l'asile en France, en tant que femme transgenre. Vingt ans plus tard, alors que son père se meurt et que Samira/Karim est en passe de devenir le chef de la famille, elle se fait chirurgicalement enlever les seins et se marie avec une femme afin d'obtenir un nouveau passeport lui permettant de retourner en Algérie pour assumer son nouveau rôle.

Assembling Samira: an antiAtlas art science installation on embodied humanitarian borders
 
The humanitarian protection of vulnerable migrant groups has enforced new biographical borders. Migrants seek to obtain state benevolence and legal migration status through the performance and embodiment of humanitarian scripts emphasizing victimhood and suffering. Only those whose performances of suffering and humanitarian subjectivities are deemed credible are given humanitarian protection. Gender and sexuality have become strategic narrative repertoires through which humanitarian and biographical borders are inscribed on the bodies of migrants. The Emborders filmmaking/research project reproduces the different performances and narratives of migrants targeted by humanitarian protection as they emerge in interviews with authorities, with social researchers and with peers and families. It draws on real stories and real people, which are performed by actors to protect the identities of the original interviewees and mirror the inherently fictional nature of any narration of the self. By using actors to reproduce real people and real life histories, the project ultimately challenges what constitutes a credible and acceptable reality in scientific, filmic and humanitarian terms.
Samira is a two-screen art science installation presenting the story of Karim. It assembles different ethnographic moments and scripts as they emerged through ethnographic fieldwork in Marseille. Karim is an Algerian migrant man selling sex as SAMIRA at night in Marseille. He left Algeria as a young man as her breasts started developing as a result of taking hormones and was granted asylum in France as a transgender woman. Twenty years later, as his father is dying and he is about to become the head of the family Samira surgically removes her breasts and marries a woman in order to get a new passport allowing him to return to Algeria to assume his new role.

Citation


http://mediamed.mmsh.univ-aix.fr/chaines/labexMed/antiatlas/PublishingImages/_t/Mai_jpg.jpg

 Mai, Nick, Assembling Samira: an art science installation on embodied humanitarian borders ,
in : Mediamed. Ressources multimedia en sciences humaines sur la Méditerranée , Chaîne : LabexMed , antiatlas des frontières / The antiatlas of Borders
URL : http://mediamed.mmsh.univ-aix.fr/chaines/labexMed/antiatlas/Pages/antiatlas-09.aspx