Connexion
http://www.irmcmaghreb.org/images/equipe/cassarino.jpeg

 Variabilité des transferts des politiques migratoires en Méditerranée

 CASSARINO, Jean-Pierre

 Chercheur associé à l’IRMC

Mise en ligne : 26/10/2015

Type d'activités : Rencontre

Format : Audio

Durée en mn : 00:22:16

Langue : Français

Discipline : Sciences politiques

Domaines d'intérêt : Migrations; Mobilités; Politique migratoire; Echanges; Migration irrégulière; Frontières

Mots-clés : Droits humains; Migrants; Contrôle des frontières

Couverture géographique : Méditerranée

Couverture chronologique :  

Institution(s) :  

Personne(s) :  

 

Frontières, sociétés et droit en mouvement : les politiques migratoires méditerranéennes, de l’europe au Sahel


8-9 octobre 2015, MMSH, Aix-en-Provence, France
Rencontre internationale organisée par le Centre d’Études et de recherchesinternationales et communautaires (CERIC) et le Laboratoire méditerranéen de sociologie
Coordination scientifique: Sylvie MAZZELLA, Directrice du LAMES, CNRS-AMU & Delphine PERRIN, Chargée de recherche Marie-Curie, CERIC, CNRS-AMU.

Résumé de l'intervention

Il est acquis que les relations d'interdépendance entre États peuvent donner lieu à des transferts de politiques publiques, au moyen de conditionnalités, par apprentissage ou par simple émulation. Aussi est-il légitime de penser que la teneur de ces derniers ne devrait pas varier considérablement en raison de la compacité qui caractérise les interactions interétatiques. Or, cette hypothèse est loin d'être constante. Par exemple, s'il est vrai que les accords de Barcelone, datés de 1995, et ceux de la politique européenne de voisinage (PEV, 2004), assortis de plans d'action conjointement définis par les parties contractantes, ont fortement consolidé les rapports d'interdépendance entre le nord et le sud de la Méditerranée et facilité, par là même, des transferts dans différents domaines d'action publique, au moyen de conditionnalités, d'incitations ou mesures compensatoires (incentives) et de programmes de capacity-building, ces transferts politiques n'ont pas systématiquement donné lieu aux résultats escomptés dans les pays du sud de la Méditerranée. Souvent, ils ont fait l'objet d'une réappropriation, voire d'un réajustement stratégique, visant à canaliser les effets de ces transferts dans le pays récepteur.
Certes, l'observation de cette réappropriation est courante dans les policy transfer studies. En revanche, il est moins courant de s'intéresser aux mécanismes permettant aux pays récepteurs de canaliser les transferts, d'une part, et de s'interroger sur les raisons pour lesquelles leur capacité manifeste de réajustement ne semble compromettre ni la portée ni la substance des relations bilatérales en dépit de la force des conditionnalités, d'autre part.
Afin d'analyser ce paradoxe, l'étude tentera d'élaborer une nouvelle grille d'interprétation en prenant comme point de départ les actions entreprises en Méditerranée dans le cadre :

  •  de la lutte contre les migrations irrégulières,
  • du respect des droits humains des migrants,
  • et du contrôle des frontières.

Il sera démontré que les transferts constituent des processus variables en fonction de motifs et intérêts perçus à un temps donné. En d'autres termes, cela signifie qu'au fur et à mesure que le processus de transferts politiques prend forme, les motifs et intérêts qui le sous-tendent peuvent varier au fil du temps et modifier la teneur des transferts, en dépit des engagements réciproques initialement formulés par les parties contractantes (au nord comme au sud de la Méditerranée).

Citation


http://www.irmcmaghreb.org/images/equipe/cassarino.jpeg

 CASSARINO, Jean-Pierre, Variabilité des transferts des politiques migratoires en Méditerranée ,
in : Mediamed. Ressources multimedia en sciences humaines sur la Méditerranée , Chaîne : LAMES , Frontières, sociétés et droit en mouvement : les politiques migratoires méditerranéennes, de l’europe au Sahel
URL : http://mediamed.mmsh.univ-aix.fr/chaines/lames/Pages/10-CASSARINO.aspx