Connexion

Mobilités, frontières et conflits dans les espaces israélo-palestiniens


La chaîne MOFIP vise à diffuser publiquement les travaux de deux équipes de recherches travaillant sur les évolutions et les enjeux du conflit israélo-palestinien depuis la signature des accords d’Oslo (1993) : ceux de l’équipe du projet jeunes chercheurs MOFIP : « Mobilités Frontières et Conflits dans les Espaces Israélo-Palestiniens » soutenu par la Région Provence Alpes Côte d’Azur et l’Agence Nationale de la recherche; et ceux du groupe de travail Ramses² « Le conflit Israélo-Palestinien à travers les mobilités transfrontalières ».



Le projet MOFIP réuni une vingtaine de chercheurs et doctorants, travaillant sur Israël et sur la Palestine. Il a démarré en septembre 2007 et s’étalera jusqu’en automne 2010. Ce projet analyse les mobilités et les échanges transfrontaliers entre Israël, les Territoires Palestiniens et les pays voisins depuis la signature des accords d’Oslo (1993). Le projet RAMSES² est plus récent. Rassemblant une dizaine de chercheurs et doctorants, il a démarré en septembre 2008 et s’étalera jusqu’à fin 2009. Ces deux programmes se concentrent d’une part, sur les mobilités légales ou illégales des acteurs « ordinaires » à travers les frontières politico-administratives; et d’autre part, sur les réseaux d’échanges formels ou informels des agents institutionnels mettant en relation des organisations gouvernementales et/ou non-gouvernementales, des institutions locales, nationales et internationales (coopération sécuritaire, aide humanitaire).
Partant des mobilités et des échanges entre institutions et populations engagées dans le conflit israélo-palestinien ces deux équipes de recherche tentent mettre en place une nouvelle approche du conflit et de ses enjeux en dépassant la compartimentation entre les travaux portant sur Israël et ceux portant sur la Palestine. Ceci permet d’étudier des phénomènes et des processus déterminants mais trop souvent ignorés car ils interviennent en marge des groupes prédéfinis par des critères administratifs ou culturels, en marge de l’Etat d’Israël et de l’Autorité palestinienne. Ce déplacement du regard est fondamental car c’est à ces niveaux « marginaux » ou « de l’entre deux » que se structurent les interrelations, les interdépendances, les antagonismes, les rapports de pouvoir et les frontières entre ces populations, mais aussi entre ces populations et les différentes institutions étatiques (Etat d’Israël, Autorité palestinienne) ou para étatiques (ONU, UE, ONGs) investies dans ce conflit.
En saisissant la nature des frontières et des relations entre les populations mais également entre les institutions étatiques et para étatiques de la région nous pouvons mieux comprendre les dynamiques et les enjeux qui structurent le conflit israélo-palestinien. En effet, nous avons d’une part une meilleure vision des configurations de pouvoir qui émergent de ces interactions entre les différents acteurs. Nous pouvons donc développer une véritable réflexion sur les nouveaux modes de gouvernementalité qui apparaissent dans l’espace israélo-palestinien contemporain. D’autre part, en prenant en compte le dynamisme et la juxtaposition des limites et des frontières, il est possible de s’interroger sur les nouvelles formes de territorialité. Enfin, l’étude de ces interactions et les luttes qui y interviennent nous conduit à l’examen de nouvelles formes de conflictualité.

Site du programme MOFIP : http://mofip.mmsh.univ-aix.fr/

 Médias